Roumiana Ougartchinska
Rédigé par Roumiana Ougartchinska le 12/08/2014 à 19:00 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest
Roumiana Ougartchinska
Rédigé par Roumiana Ougartchinska le 17/07/2014 à 19:15 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest

A propos de l'opération "Karama" - Dignité, menée par Khalifa Haftar en Libye. Débat avec Roumiana Ougartchinska, l'un des rares journalistes à avoir interrogé et rencontrer le général Haftar en Libye.



Le 16 mai dernier, une grande offensive contre les groupes extrémistes et islamistes était lancée par Khalifa Haftar, l’opération baptisée « Dignité ». Ce général à la retraite a expliqué que l’opération visait à « purger la Libye des groupes islamistes ».

Après des affrontements violents ayant couté la vie à au moins 80 personnes, les soldats de Haftar ont attaqué le bâtiment du Congrès général national (CGN). Peu après, un ancien commandant de la police militaire, Mokhtar Fernana, appelait à la suspension du Parlement.

Cette offensive a été qualifiée d’illégale par le tout nouveau Premier Ministre Ahmed Miitig, à qui le Parlement a accordé sa confiance dimanche dernier, réuni dans un ancien palais royal à l’est de Tripoli, ne pouvant utiliser ses locaux habituels.

Khalifa a, par ailleurs, lui aussi demandé la suspension du Parlement libyen, le congrès Général national, et demandé la création d’un « conseil supérieur présidentiel, civil, qui aura pour mission de former un gouvernement d’urgence et préparer des élections législatives ».

Tout cela ressemble fortement à ce qu’on pourrait appeler « un coup d’état ». Même si Haftar a assuré qu’il ne cherchait pas le pouvoir – tout en laissant entendre qu’il « répondrait à une demande de la foule » si elle venait à se présenter et qu’il pourrait alors accepter de se présenter à une éventuelle élection présidentielle.

Quelles sont les ambitions du général Haftar ? Et qui est cet homme ? De quel soutien jouit-il ? Et où va la Libye ? Se dirige-t-on vers un scenario « à l’égyptienne » ? Haftar pourrait-il prendre le chemin du général Al-Sissi qui est sorti cette semaine - sans surprise - vainqueur de l’élection égyptienne avec 97% des suffrages exprimés en sa faveur (même s'il faut noter qu'il a été largement devancé par l’abstention avec près de 46% de participation) ?


Invité(s) :
Marc Semo, journaliste, spécialiste des pages "Monde" à Libération.
Patrick Haimzadeh, ancien diplomate français en Libye.
Roumiana Ougartchinska, journaliste et essayiste

Roumiana Ougartchinska
Rédigé par Roumiana Ougartchinska le 30/05/2014 à 15:00 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest

Sur le plateau de l'émission Focus le 18 janvier 2010


Le 13 mai 1981, le pape Jean-Paul II échappait à une tentative d'assassinat à Rome. L'homme qui avait tiré, Mehmet Ali Agça, est...
Lire la suite
roumiana ougartchinska
Rédigé par roumiana ougartchinska le 21/01/2010 à 17:02 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest

L’auteur de l’attentat contre Jean Paul II devrait sortir de prison lundi après avoir purgé une peine pour meurtre.
Et nombre de questions posées par son itinéraire sont restées sans réponse.


Ali Agça, Bruguière et le rideau de fumée
Publié dans Bakchich Info le 15 janvier 2010

Vingt neuf ans de prison, deux tentatives d’assassinats, dont une réussie, et plus d’une centaine de mensonges. C’est ainsi que se résume l’existence d’Ali Agça, 52 ans, auteur de l’attentat contre Jean Paul II en 1981 et qui devrait être libéré le 18 janvier prochain.

Après avoir passé 19 ans en détention en Italie, il vient de s’acquitter de sa dette envers la justice turque pour le meurtre en 1979 d’Abdi Ipekci, rédacteur en chef du quotidien turc Milliyet.

Ali Agça est un tueur, membre de l’organisation terroriste turque d’extrême droite des Loups gris. Mais avant tout, il est un habile manipulateur. Depuis son interpellation au lendemain de l’attentat de la place Saint Pierre, il n’a cessé de multiplier les versions, se faisant passer tout d’abord pour un fanatique solitaire avant de désigner tour à tour le FPLP, l’Iran, puis le KGB et les services bulgares, pour finir par un diatribe contre le Vatican, lors de son extradition en Turquie en l’an 2000, alors qu’il venait d’obtenir la grâce du président italien Ciampi. Aujourd’hui, il promet encore de nouvelles révélations qu’il aurait monnayé non moins de 2 millions de dollars avec un média américain. ...Lire la suite

roumiana ougartchinska
Rédigé par roumiana ougartchinska le 18/01/2010 à 08:19 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest

Russie-Otan, de mal en pis


roumiana ougartchinska
Rédigé par roumiana ougartchinska le 04/05/2009 à 16:08 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest

Moldavie : à quoi joue la Russie


roumiana ougartchinska
Rédigé par roumiana ougartchinska le 08/04/2009 à 17:34 Facebook Google + Twitter LinkedIn Pinterest