Le Figaro - Débats - 11 janvier 2009


L'effet boomerang de la diplomatie du gazoduc
Selon le traité du célèbre théoricien chinois Sun Tzu, écrit en 512 avant J.-C., « l’art suprême de la guerre consiste à soumettre son ennemi sans combat, sans même ensanglanter son sabre ». Une doctrine dont le KGB s’est largement inspiré pour mettre au point ses « mesures actives ». Disciple émérite des académies guébistes, Vladimir Poutine n’a pourtant pas hésité le 7 janvier à dégainer son arme énergétique. Pour la première fois depuis quarante ans, il a décidé de couper les vannes de ses gazoducs, en digne héritier de l’intransigeance des tsars russes. La mesure, pour transitoire qu’elle soit, fait trembler l’Europe, figée depuis des décennies dans ses certitudes commerciales. Car il s’agit bien d’une première.

Depuis le premier contrat d’approvisionnement en or bleu signé avec l’Autriche en juin 1968, en plein Printemps de Prague, les Soviétiques, puis les Russes, n’ont jamais interrompu les fournitures en or bleu à leurs fidèles clients ouest-européens. Ni les coups tordus de la Guerre Froide, ni les convulsions de l’URSS, pas plus que la chute du mur de Berlin ou l’éclatement de l’empire soviétique, le chaos des années Eltsine et les privatisations sauvages, n’ont fait varier d’une seule unité de pression le transit de gaz d’Est en Ouest.

Aujourd’hui, le constat est d’autant plus amer pour les Européens, qu’ils se sont pris eux-mêmes dans les filets de la toile gazière de Moscou. La brèche est ouverte dès le début des années 1970. Sous l’impulsion d’Andreï Gromyko, « l’homme au chapeau » de la diplomatie soviétique, les Allemands parafent les premiers gros contrats. Secoué par la crise pétrolière, l’Occident cherche coûte que coûte à diversifier son approvisionnement en hydrocarbures. L’or bleu de Sibérie est une alternative bénie. Une énergie supplétive, propre et bon marché, qui alimente les gazinières à l’Ouest et remplit les caisses de l’Est...

...Lire la suite sur la pièce jointe

figaro_110109.jpg Figaro_110109.jpg  (1.09 Mo)

roumiana ougartchinska
Rédigé par roumiana ougartchinska le 16/01/2009 à 17:09 Facebook Twitter LinkedIn Pinterest